13/04
2016

Assurance affinitaire : des consommateurs toujours méfiants 

Par Haude-Marie Thomas – Publié le 
     
 

La fédération des garanties et assurances affinitaires (FG2A) a cherché à évaluer la perception de l’assurance affinitaire par les Européens. Le résultat, basé sur le sondage de 1000 consommateurs, pointe une méfiance conséquente envers ces assurances additionnelles vendues avec un produit (un téléphone portable, par exemple), mais aussi une volonté de co-créer de nouveaux produits.

41% des Français déclarent avoir déjà regretté la souscription d’une assurance affinitaire.
41% des Français déclarent avoir déjà regretté la souscription d’une assurance affinitaire.

Harris Interactive a réalisé, pour le compte de la Fédération des garanties et assurances affinitaires(FG2A), un sondage sur leurs relations à l’assurance affinitaire. Dans l’ensemble, 73% des sondés (FrançaisAllemandsItaliensEspagnols et Belges) déclarent prendre « au moins de temps en temps, des garanties et assurances affinitaires », sachant que ce taux est plus important en Espagne et en Italie qu’en France, par exemple. Et leur satisfaction face à cette assurance optionnelle est mitigée.

51% DES FRANÇAIS SE DÉCLARENT INSUFFISAMMENT INFORMÉS

Ainsi, 53% des sondés estiment cette assurance trop chère par rapport aux garanties offertes, 35% pensent qu’il est plus rentable de racheter un produit et 35% rapportent l’absence de besoin identifié. Ils sont 33% à déclarer avoir déjà regretté la souscription d’une assurance affinitaire et ce taux monte à 41% en France.

L’information est souhaitée avant tout sur le prix (62% jugent ce critère très important), les garanties (58%) et les modalités de prise en charge (56%). La vente se fait à 67% en magasin, un accès au client encore deux fois plus important que la souscription en ligne. Mais internet s’avère le mode choisi par 34% des sondés pour faire jouer la garantie. Ils sont 38% à s’en servir pour modifier la garantie et 36% pour résilier un contrat. Un quart des personnes interrogées a déjà utilisé les réseaux sociaux pour contacter l’assureur afin de lui demander un renseignement ou pour une réclamation.

Enfin l’approche collaborative interpelle les Européens interrogés. Ils sont 56 % à déclarer vouloir participer à la labellisation de produits d’assurance et 51% à souhaiter participer à la conception de produits via internet (31%) ou via des sondages/enquêtes (24%). Une personne interrogée sur deux est prête à intégrer des réseaux de consommateurs d’un même produit pour « se dépanner en cas de problème et payer moins cher l’assurance ».  Enfin, 77% des sondé sont intéressés par une assurance à la carte.

Voir l’article complet

Partager :